Leadership : entre chemin et cheminements

Le leader, un « phare » dans une tempête d’incertitudes ?

Le monde change en permanence et sur un rythme exponentiel. Nous disposons de plus en plus de données, faisons face à une incertitude et une complexité grandissante et parfois angoissante. Nous subissons la double injonction de la performance et du bien-être, du collectif comme du développement de l’individualité… L’environnement dans lequel évoluent les dirigeants et leurs équipes est de plus en plus chaotique. Les modèles, méthodes, process éprouvés ne suffisent plus pour naviguer dans ces eaux agitées et pourtant le management de nos entreprises évolue doucement, au rythme du changement lent de l’être humain.

Les facteurs exogènes font pression, interrogent, génèrent à-coups et ruptures, peuvent malmener tout un chacun. Dans ce type d’univers complexe, mouvant, incertain, la contribution du leader, qu’il soit un membre actif d’une équipe, un manager confirmé, un dirigeant est de stimuler, de sécuriser, de guider et d’accompagner le collectif.

 

Le leadership n’est pas une norme, un standard : il est unique à chaque individu.

Leader

Il est ainsi par essence difficile à définir. Cependant, quelques soient les nombreuses publications et recherches dans ce domaine, certains points forts ressortent :

  • Un leader n’est pas forcément LE dirigeant hiérarchique d’un groupe d’individus, au sens traditionnel du terme. Il est possible (je dirais même souhaitable) de stimuler les leaders de vos équipes… en faisant preuve de votre propre leadership…
  • Être leader, c’est avant tout travailler à se connaître avec ses propres zones d’ombre et de lumière, de fragilités et de forces, de manques et de talents, ses propres valeurs et capitaliser ainsi sur son unicité incomplète et assumée en la partageant avec ses équipes. Chacun trouve ainsi sa place et peut apporter sa pierre.
  • En étant à la fois fier et humble, exemplaire dans ses mots et ses actes, ferme et bienveillant, le leader contribue, au-delà de ses intérêts personnels, à l’évolution de son organisation, de son environnement voire au-delà.
  • La dynamique qu’il construit, au quotidien, aussi bien par une vision partagée que par des actes opérationnels, en s’appuyant sur la richesse du lien humain, va inspirer ses collaborateurs, ses prestataires, partenaires et clients.

 

 

Au-delà de la maîtrise des outils, le leader développe ses propres ressources pour s’adapter en permanence

Les formations managériales classiques permettent de développer des supports, des méthodes, des repères. Elles sont nécessaires pour construire ses boites à outils. La prise de conscience des spécificités de notre environnement permet de lâcher en partie la fixité de certains modèles et habitudes ; puis de développer une forme d’agilité personnelle pour les utiliser tout ou partie en fonction des spécificités des situations… Chacun utilisera ses acquis et en jouera d’une façon qui lui est propre, avec son style et en lui donnant du sens.

L’approche sereine des situations complexes suppose d’admettre l’incertitude comme un élément permanent de la réalité. Cette attitude permet d’accueillir les événements imprévus comme autant d’opportunités à exploiter, plutôt que de se bloquer sur des possibilités perdues. Le leader va développer une forme de sécurité intérieure, un phare pour lui et pour les autres.

Finalement, selon John Maxwell, chercheur contemporain sur ce sujet, le leadership est un processus d’influence et de développement. En vous appuyant sur votre position, vos capacités d’écoute de signaux faibles, de partage d’information et de représentations, de pilotage par la finalité, de mobilisation du collectif, votre action de leader pourra s’évaluer à l’aune de ces questions : les gens vous suivent-ils ? Changent-ils ? Se développent-ils ? Réussissent-ils ?

 

Auteur : Sylvaine Scheffer

 

Envie d’en savoir plus sur les managers atypiques ? Contactez-nous