Les praticiens TOP se sont réunis pour la 4ème fois les 28 et 29 septembre 2019 lors des rencontres du Réseau TOP

Ces rencontres ont été organisées par Stéphane Pernot, l’un de nos praticiens TOP.

« L’aveuglement du leader : sur-certitudes et indécisions ». En quoi les équipes formées aux TOP peuvent-elles apporter de nouveaux possibles ?

Comme nous vous l’avions annoncé dans un précédent article, le menu de ces 2 jours était riche : interventions d’experts, débat et réflexions collectives, témoignages, mises en situation et moments conviviaux. Découvrez comment à partir d’un cas concret et réel, les participants se sont penchés sur le sujet de l’incertitude – et de la certitude !

 

Le cas : 1893, l’amiral Tryon, tacticien et leader reconnu, cause le naufrage de son navire et périt avec 358 membres de son équipage

En cet après-midi de 1893, l’amiral Tryon décide de mouiller l’ancre au large de ce qui était alors les côtes de l’Empire ottoman. Auparavant, il ordonne à sa flotte, dix navires, de former deux colonnes – l’une dirigée par le HMS Victoria d’où il commande la manœuvre; l’autre par le HMS Camperdown. Suit l’ordre d’effectuer un demi-tour par l’intérieur. Les deux files de navires ne sont pourtant distantes que de 1200 yards, distance non réglementaire pour ce type de manœuvre. La collision entre les deux bâtiments de tête semble inévitable. Mais Tryon jouit d’une si grande aura que ses officiers lui font confiance. Ils pensent qu’il dispose d’un «truc» pour éviter la collision.
Mais l’inévitable se produit. Le monstre de 103 mètres de long pour 21 de large, équipé de deux puissants canons à la proue et reconnaissable à ses deux cheminées blanches côte à côte, sombre en une dizaine de minutes à peine. «It’s all my fault», aurait dit Tryon avant de disparaître avec 358 membres d’équipage, tandis que 350 autres réchappaient au drame.

En plus après l’éperonnage, Tryon aurait donné l’ordre de faire machine arrière (ce qui a accentué la quantité d’eau embarquée), puis marche avant vers les côtés ce qui a à nouveau chargé puis coulé le bateau en quelques minutes.

 

 

Ce que les Techniques d’Optimisation du Potentiel auraient pu apporter aux équipiers

La pratique régulière des TOP augmente la confiance en soi. Elle aurait pu permettre à un ou plusieurs équipiers de trouver les ressources nécessaires pour faire face à l’entêtement de l’amiral.
La pratique des TOP s’effectue aussi en groupe. Elle est alors débriefée collectivement. Ces moments renforcent la cohésion car chacun voit qu’il n’est pas seul à éprouver telle ou telle émotions (crainte, doute…). Cette cohésion aurait pu permettre aux équipiers de s’allier pour convaincre le leader de son erreur.
Dans les meilleures conditions possibles (zone optimale d’activation des TOP), les équipiers auraient réussi à exposer leurs arguments de façon calme et posée. Ils auraient alors considérablement augmenté leur probabilité de convaincre l’amiral.

Ce que les Techniques d’Optimisation du Potentiel auraient pu apporter au leader

La pratique des TOP nous apprend à être à l’écoute de nos ressentis. Nous sommes alors plus ouverts au monde, aux informations qui nous parviennent. L’amiral aurait pu être plus à l’écoute des réactions (exprimées ou non) de son équipage et de l’environnement dans lequel il évoluait.
Lorsque le leader pratique la technique du Renforcement Positif, il se remémore les actions qu’il a su gérer au mieux, et indirectement les erreurs qu’il a su éviter. Il aurait alors mieux su analyser la situation et faire preuve d’humilité en donnant un contre-ordre sans craindre d’être décrédibilisé.

Gilles Chauveau, Altamir, Coach professionnel de dirigeants et spécialiste TOP a conçu et animé ce cas (d’école), secondé par nos experts et spécialistes TOP Bruno Deroubaix et Benoît Bihel. Le praticien TOP Sylvain Pierre en a réalisé la synthèse.

Le lendemain les participants ont eu l’occasion de tester leurs outils TOP lors de descentes en rappel depuis un viaduc (le Viaduc des Fauvettes près d’Orsay). A suivre : retrouvez bientôt comment nos praticiens TOP ont mobilisé tout leur potentiel en situation !

 

Auteur : Edith Perreaut-Pierre et Sylvaine Scheffer,  Coévolution